Historique et évolution des processeurs Intel Core

38.9K vues
Historique et évolution des processeurs Intel Core
Bon à savoir

Par Le Crabe

Le

Mis à jour le

Dossier : Tout savoir sur les processeurs Intel Core i3, i5 et i7

38.9K vues

13 commentaires

  • MàJ le 5 septembre 2016 : mise à jour de l'article avec les processeurs Intel Core de quatrième (Haswell), cinquième (Broadwell) et sixième génération (Skylake).

Les processeurs Intel Core ne date pas d’hier ! La première génération de ces processeurs est en effet apparue en 2008. Depuis, les Intel Core se sont considérablement améliorés : de nouvelles technologies, de meilleures performances, des graphismes largement optimisés… Aujourd’hui en 2016, nous en sommes à la sixième génération Skylake. Pour mieux comprendre les caractéristiques des Intel Core et leurs évolutions au fil des générations, le Crabe vous propose une petite rétrospective autour des processeurs phares d’Intel : les Core i3, i5 et i7.

Le Crabe

Le Crabe vous a aidé ? Aidez-le en retour en désactivant votre bloqueur de publicité ! 👍

(merci pour le coup de pince 😊)

Intel Core de 1ère génération « Nehalem » (2008)

logo-intel-core-i3-i5-i7-premiere-generation-nehalem

Les puces Intel Core i3, i5 et i7 de première génération sont sorties de 2008 à 2010 et sont gravés en 45nm (nanomètres).

Je comprends déjà rien ! Ça veut dire quoi « gravé en 45nm, 32nm ou 22nm » ?

Cela fait référence à la finesse de gravure et les différentes générations de processeurs n’ont pas forcément la même finesse de gravure (mesurée en micromètres (µm) ou nanomètres (nm)).

A quoi ça sert la finesse de gravure d’un processeur ?

Diminuer la finesse de gravure permet d’abord de baisser les coûts de fabrication, c’est donc utile pour le fabricant. Mais cela permet également de diminuer la quantité de chaleur produite par le processeur, de diminuer sa consommation d’énergie et de pouvoir le monter plus haut en fréquence (le rendre plus performant). Et ça, c’est bon pour nous, les consommateurs ! 😀

Les Core de première génération ont encore un processeur et une carte graphique séparée. Les Core des générations suivantes embarqueront un processeur et un circuit graphique au sein d’une même puce.

Intel Core de 2nd génération « Sandy Bridge » (2011)

logo-intel-core-i3-i5-i7-deuxieme-generation-sandy-bridge

En 2011, Intel lance la seconde génération des processeurs Core gravés en 32nm (vous savez ce que ça veut dire maintenant ! :D). Leur nom de code est Sandy Bridge.

Les processeurs Core de deuxième génération sont très différents de ceux de la génération précédente puisqu’ils intègrent le processeur et la carte graphique au sein d’une même puce, ces derniers étant habituellement séparés sur une carte mère. Cette intégration permet d’avoir des échanges beaucoup plus rapides entre le CPU et le contrôleur graphique. Les améliorations sont notamment visibles lors de la lecture de vidéos HD et dans les jeux vidéos. Globalement, les benchmarks ont montré que les processeurs de 2nd génération étaient 42% plus rapides que ceux de 1ère génération.

Attention, ces processeurs ne sont pas compatibles avec les cartes mères qui accueillaient les Core de première génération. Afin de s’assurer que les utilisateurs ne se trompent pas en essayant de mettre un processeur Sandy Bridge dans une carte mère de génération précédente, le nombre de broches sur les nouveaux processeurs Intel est passé à 1155. Comme les processeurs Sandy Bridge ont 1155 broches, il est alors physiquement impossible d’en mettre un sur une carte mère supportant les processeurs Core de première génération (qui ont 1366 ou 1156 broches).

Comme toutes les anciennes cartes mères étaient incompatibles, Intel a sorti de nouvelles cartes mères basées sur les chipsets H61, H67, P67 et Z68 compatibles avec les processeurs Sandy Bridge.

Intel Core de 3ème génération « Ivy Bridge » (2012)

logo-intel-core-i3-i5-i7-troisieme-generation-ivy-bridge

Sortis en 2012, les processeurs Intel Core de troisème génération sont gravés en 22nm. Leur nom de code est Ivy Bridge.

Combinés avec les nouveaux chipsets Intel Série 7, cette association permet de bénéficier du support du PCIe 3.0 (une version plus rapide du connecteur qui sert à brancher des cartes d’extension sur sa carte mère) et de l’USB 3.0, et permettre à la mémoire vive de monter à une vitesse de 1600 MHz nativement.

La bonne nouvelle, c’est que les processeurs Ivy Bridge fonctionnent avec beaucoup de cartes mères au socket 1155 de génération précédente (même si une mise à jour du BIOS est généralement nécessaire). De plus, les processeurs Sandy Bridge de génération précédente sont également utilisables sur la plupart des nouveaux chipsets Série 7, ce qui permet à beaucoup d’utilisateurs de mettre à jour leur configuration facilement, que ce soit au niveau de la carte mère ou du processeur.

Qu’est-ce que ce chipset dont tu nous parles depuis tout à l’heure ?

Le chipset est une puce électronique chargée de coordonner les échanges de données entre les différents composants de l’ordinateur : le processeur, la mémoire vive, etc. En d’autres termes, c’est la plateforme centrale de la carte mère ! La plupart des chipsets intègrent une puce graphique, audio ou réseau, ce qui permet de ne pas avoir à acheter séparément tous ces composants. Comme pour les processeurs, il y a différentes générations de chipset. Généralement, une nouvelle génération de processeur arrive toujours avec sa nouvelle génération de chipset. Les chipsets doivent en effet suivre l’évolution des composants (processeur, mémoire vive, disque dur…) qui utilisent des technologies toujours plus performantes.

Quelles différences peut-on trouver entre deux chipsets ?

Il y a des chipsets qui incorporent une carte graphique mais qui ne permettent pas d’overclocker son processeur (Intel H67), d’autres sans carte graphique mais qui permettent l’overclocking (Intel P67) ou encore des chipsets qui possèdent des fonctions supplémentaires comme le SSD Caching ou l’USB 3.0 (Intel Z68).

Revenons si vous le voulez bien à nos processeurs Core Ivy Bridge 😀

Alors que la gamme de fréquence de ces processeurs n’est pas beaucoup plus élevée que celle de la génération précédente Sandy Bridge, les principales améliorations se trouvent dans la carte graphique intégrée (Intel HD 2500 et HD 4000) qui a été nettement améliorée et dans la réduction de la production thermique (grâce à une finesse de gravure réduite). Avec une consommation d’énergie significativement réduite, les processeurs Ivy Bridge sont principalement conçus pour les Ultrabooks – les ordinateurs ultra-portables – et les tablettes x86 car ils permettent d’allonger la durée de vie des batteries.

Pour utiliser tout le potentiel des nouveaux processeurs Ivy Bridge, Intel a sorti des cartes mères basées sur les chipsets Z68, Z77 et H77.

Intel Core de 4ème génération « Haswell » (2013)

logo-intel-core-i3-i5-i7-troisieme-quatrieme-generation-haswell-broadwell

Les processeurs Haswell arrivent en 2013 avec une toute nouvelle architecture (tout en conservant le procédé de fabrication en 22nm) et un nouveau socket, le LGA 1150. L’objectif numéro 1 de ces processeurs de quatrième génération est de réduire leur consommation énergétique. Mission réussie, les processeurs Haswell se montrent en effet moins énergivore même si les gains de performance par rapport à la génération précédente sont timides et mois flagrants qu’autrefois.

Pour finir, les processeurs Haswell intègrent un nouveau processeur intégré, Intel HD Graphics 4600, plus performant que l’ancien Intel HD 4000.

Intel Core de 5ème génération « Broadwell » (juin 2015)

logo-intel-core-i3-i5-i7-troisieme-quatrieme-generation-haswell-broadwell

Après de longs mois de retard, les processeurs Broadwell débarquent enfin pour les PC de bureau en juin 2015. Malheureusement, les Core i7-5775C et Core i5-5675C ne resteront pas dans les annales des utilisateurs de PC, non pas pour qu’ils sont décevants (au contraire) mais à cause d’un mauvais timing : les processeurs de la génération suivante (Skylake) arrivent en effet en août 2015 avec une toute nouvelle architecture. Les utilisateurs ont donc logiquement préféré attendre deux mois la sortie de ces processeurs Skylake pour bénéficier des dernières avancées technologiques.

Revenons aux processeurs Broadwell. Ce sont les premières puces de bureau en socket LGA 1150 gravées en 14 nm. Pour rappel, une finesse de gravure supérieure permet une consommation moindre, un échauffement mesuré et une capacité d’overclocking (une montée en fréquence) supérieure. La consommation énergétique se révèle impressionnante, le Core i7 5775C consomme en effet moins qu’un Core i3 Haswell ! Mais là où les processeurs Broadwell frappent (très) fort, c’est avec leur nouveau iGPU, le processeur graphique intégré. Les performances de l’Iris Pro Graphics 6200 sont considérables, Intel se permettant même de dépasser AMD et ses APU !

historique-et-evolution-des-processeurs-intel-core-performances-graphiques-processeurs-broadwell

Performances de l’Iris Pro 6200 sur Bioshock Infinite – Source : tom’s Hardware

Intel Core de 6ème génération « Skylake» (août 2015)

logo-intel-core-i3-i5-i7-sixieme-generation-skylake

Voici les petits derniers ! Les processeurs Skylake sont sortis en août 2015, introduisant une nouvelle micro-architecture et un nouveau socket : le LGA 1151. La plate-forme Skylake introduit également la mémoire DDR4 sur toutes les plates-formes grand public.

Que valent ces processeurs de sixième génération alors ? Eh bien leurs performances sont en hausse de 10% en moyenne par rapport à la génération précédente Broadwell et d’environ 23% par rapport aux processeurs Sandy Bridge. Du côté de la consommation, on peut dire que ce n’est pas leur point fort, ils se révèlent un peu plus gourmands que ceux de la génération précédente. Le passage au 14 nm n’a pas eu l’effet escompté de ce côté-là.

Sources : Understanding Existence, Tom’s Guide