Twitter ou la communauté des égocentriques

430 vues
Twitter ou la communauté des égocentriques

Par Le Crabe

Le

Mis à jour le

430 vues

10 commentaires

Fantastique outil de partage de contenu, Twitter est aujourd’hui pris d’assaut par ceux qui aiment parler d’eux, de ce qu’ils pensent, de ce qu’ils font. Ces individus travaillent pour qu’un maximum de personnes les écoutent parler. Malheureusement, ce phénomène n’est pas prêt de s’arrêter : filles ou garçons, professionnels, blogueurs, adolescents, tout le monde commence à se convertir à Twitter. Inscrit depuis quelques années sur Twitter, je pensais qu’on ne pouvait pas faire pire que Facebook, royaume de l’égocentrisme. J’avais tort. Mon analyse sur l’évolution des mentalités sur Twitter.

Le Crabe vous a aidé ? Aidez-le en retour en désactivant votre bloqueur de publicité !

(merci pour le coup de pince)

Twitter, un outil de microblogage fantastique

Pour ceux qui viennent de sortir de leur grotte après 7 années d’hibernation, Twitter est un réseau social qui permet à un utilisateur d’envoyer de brefs messages – appelés tweets – de 140 caractères maximum. On peut joindre à ces messages une photo, une vidéo ou un lien mais toujours sans dépasser les 140 caractères.

Écrire un tweet sur Twitter

Écrire un tweet sur Twitter

Ce principe est à la base un véritable exercice de style. On doit réussir à faire passer son message en un minimum de mots. Cela permet d’apprendre à être concis et à résumer ses pensées en quelques mots. Bien sûr, on peut toujours envoyer plusieurs tweets pour parler d’un même sujet mais votre message global sera scindé et difficilement lisible par les autres utilisateurs.

On peut suivre un utilisateur et ainsi se tenir au courant sur son fil d’actualité de tous les nouveaux tweets qu’il aura envoyés. A l’inverse, des utilisateurs peuvent nous suivre – on les appelle followers ou abonnés – et de la même façon, ils seront informés dès que nous écrirons un nouveau tweet. Notre tweet peut même être retweeter si celui-ci est considéré comme intéressant par un de ses abonnés.

Facebook permet déjà de communiquer, ça n’a rien de nouveau. En quoi Twitter est-il différent ?

Pour moi, le plus incontestable de Twitter est le hashtag. C’est un mot précédé d’un # (exemple : #informatique) que l’on met dans un de ses tweets pour définir le sujet dont on parle. Grâce à ça, tous les autres utilisateurs de Twitter souhaitant par exemple échanger ou se renseigner sur un sujet comme l’#informatique pourront voir votre tweet et discuter, débattre avec vous. Je trouve ce système incroyablement utile et permet à des milliers de personnes d’échanger du contenu ou encore de débattre autour d’un sujet précis.

A titre personnel, je me sers de Twitter comme un flux RSS. Twitter a d’ailleurs totalement remplacé les flux RSS chez moi. Je suis abonné à des comptes en rapport avec mes passions et mes intérêts, à savoir des sites d’actualité informatique, des blogueurs – pour être au courant de leurs nouveaux articles – ou encore des utilisateurs qui font tourner des bons plans.

Exemple de tweets intéressants

Exemple de tweets intéressants

Tout va bien dans mon utilisation de Twitter alors ? Pas vraiment. Déjà, à cause du principe du retweet – partager le message d’un utilisateur à tous ses followers – mon fil d’actualité est parfois pollué par des messages aussi inutiles qu’énervants. De plus, la mentalité présente sur le réseau social commence à irriter mes pinces ! Vous me direz de ne pas en tenir compte mais… j’y arrive pas, c’est plus fort que moi 😀

La destination des anciens utilisateurs de Facebook

Twitter devient petit à petit une déchetterie de pensées humaines comme Facebook l’est devenu avec le temps.

Pourquoi Twitter suit-il la même direction que Facebook ?

La raison principale est que plus un outil devient populaire et plus les mauvaises graines de la société commencent à germer au sein de l’outil. Je me souviens qu’avant de devenir populaire, Facebook était un outil intéressant. On était avec quelques copains en contact sur le réseau social et Facebook nous permettait de partager ce qu’on trouvait d’intéressant sur le net. Mais ça, c’était avant que les mentalités ne changent et que tout le monde commence à raconter le moindre détail de sa vie.

Quand la presse et les médias ont commencé à le populariser, beaucoup de gens – des jeunes, des étudiants, des parents et même des vieux – ont ressenti le besoin de s’inscrire sur Facebook, sans savoir vraiment à quoi il allait leur servir… Mais c’est l’outil à la mode, il faut donc y être. Le comportement du mouton, bien ancré chez beaucoup de personnes apparemment, allait se mettre en marche. Le cas de Facebook n’est pas un cas à part, on a eu le même effet avec l’iPhone d’Apple par exemple.

Twitter subit le même syndrome. Sa popularité a causé l’arrivée massive de personnes de plus en plus nombreuses, lesquelles pourrissent un réseau social jusque-là intéressant. On voit notamment pas mal de jeunes se retrouver sur Twitter après avoir quittés Facebook, la présence de leurs parents ou de leur famille ringardisant de plus en plus le réseau social.

migration-facebook-twitter

A ses débuts, Twitter était l’alternative « intelligente » à Facebook. Les personnes lassées par les histoires extraordinaires de leurs amis sur Facebook ont commencé à migrer sur Twitter pour partager du contenu plus intéressant. Twitter permettait donc de fuir des amis qui se révélaient moins intelligents et plus égocentriques que vous ne le pensiez. Malheureusement, fuir ces personnes-là aura été de courte durée. Voyant l’attrait de plus en plus fort pour Twitter, eux aussi commencent à s’intéresser et à migrer sur cet outil de microblogage.

J’en ai fait la constat. Je me suis reconnecté récemment à mon compte Facebook et j’ai été surpris par le peu de messages présents sur ma timeline. Auparavant, celle-ci était blindée de messages racontant la vie des uns et des autres. Mais attention, des irréductibles sont toujours présents et Facebook n’est pas non plus devenu un réseau de philosophes. J’ai seulement trouvé qu’il y avait moins de monde, ou plutôt moins de monde en train de raconter leur vie. Je ne peux m’empêcher de vous partager une B.D. réalisée par obion, pas toute jeune, mais toujours d’actualité sur le comportement des gens sur Facebook.

Pourquoi je n'aime pas Facebook - B.D. par obion

Pourquoi je n’aime pas Facebook – obion

Où sont passés les utilisateurs de Facebook ? Ont-ils retrouvé la raison en constatant que Facebook était inutile et faisait d’eux des gros nazes ? Malheureusement non. On retrouve aujourd’hui les utilisateurs de Facebook… sur Twitter. Pas tous heureusement. J’en vois certains qui restent sur Facebook car ils ne comprennent pas le fonctionnement de Twitter. Euh… rectification : ils ne font pas l’effort de comprendre le fonctionnement de Twitter. Ça ne vous rappelle rien ?

Le nouveau réseau des égocentriques

Aujourd’hui, Twitter fait pire que Facebook quand celui-ci était à son apogée. Je dis ça car je trouve que Facebook s’essouffle un petit peu, que les gens ont fait le tour de l’outil, il leur faut autre chose. Et cette autre chose, c’est Twitter.

Comment Twitter peut-il faire pire que Facebook, symbole de l’égocentrisme ?

La réponse se trouve dans le principe même des 2 réseaux sociaux. Sur Facebook, il y a plein de fonctionnalités qui permettent de se « divertir ». On peut créer un album photos, jouer à des jeux, mettre à jour son profil avec les films qu’on a récemment vus, etc. Comme on a plus de possibilités que sur Twitter, on passe moins de temps à raconter sa vie par la saisie de status passionnants.

tweet-nul-cool-story-bro

C’est tout le contraire de Twitter. Ici, on ne peut qu’écrire des messages de 140 caractères. Pas d’applications, pas de profil détaillé à compléter, pas de photos à organiser ou à tagger, pas possible de marquer les villes qu’on a visitées… Sur Twitter, on peut écrire des tweets et c’est tout ce qu’on peut faire ! Et comme c’est la seule fonctionnalité qui nous est offerte, tout le monde tweet, tweet et tweet encore jusqu’à l’overdose. Là où Facebook distrait les utilisateurs et les empêche de trop parler, Twitter les incite au contraire à s’exprimer en permanence. Et c’est là que les problèmes commencent à apparaitre.

tweet-nul-osef

Ce qui me dérange, ce n’est pas la qualité de certains tweets, on peut bien évidemment partager ce qu’on veut, des trucs débiles aux plus sérieux. L’essentiel pour moi est qu’il y ait du partage de contenu à travers les tweets. Échanger des idées à travers des tweets ou réagir à des tweets est une utilisation saine du système. Ce qui m’horripile, c’est lorsque des utilisateurs ressentent le besoin irrépressible de parler pour ne rien dire, dans le seul but de se faire voir, de faire parler d’eux. Leur but n’est plus d’avoir le plus d’amis, mais d’avoir le plus de followers et le plus de retweets pour satisfaire leur égo sur-dimensionné. Je pensais qu’on ne pouvait pas faire pire que Facebook, qu’on ne pouvait pas rencontrer de gens plus égocentriques. Et pourtant si, Twitter l’a fait.

Twitter et Facebook révèlent-ils la vraie personnalité de ses utilisateurs ou les contraignent-ils à agir de la sorte ?

Je me pose sérieusement la question. Voilà un comportement qu’on retrouve très souvent voire systématiquement chez un égocentrique 2.0 : regarder la télé, faire une sortie, bref.. toute activité est pour lui l’occasion idéale de twitter, de forger encore davantage son image virtuelle. Son but n’est pas de créer du contenu ou échanger des idées, c’est uniquement faire savoir au plus grand monde qu’il est là, qu’il existe. Il ne profite plus de l’instant présent, plus concentré à réfléchir au prochain tweet qu’il va lancé. L’image qu’il renvoie prend le pas sur tout le reste, sur l’essentiel.

Il y a quelques temps, lors d’un concert, j’ai été désabusé en voyant la nana devant moi sortir son portable toutes les 10min pour twitter ou modifier son statut sur Facebook. La pauvre se préoccupait davantage de l’image d’elle à un concert plutôt que du concert lui-même. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres que je pourrais vous citer…

egocentrisme-twitter

En même temps que je rédige cet article, je fais une visite sur Twitter pour voir ce que les français hyper-connectés à la vie racontent de beau. Juste pour voir si je ne me fais pas des films ! Un clic sur le hashtag #Bonjour, la tendance à l’heure actuelle. Voici la vie très intéressante de mes compatriotes :

tweets-hashtag-bonjour-twitter-2013-03-26

Exemple de tweets inutiles

Je ne comprendrai jamais l’intérêt de poster des choses aussi futiles… Ces personnes ont-elles un égo aussi sur-dimensionné pour croire que ce qu’elles ont à dire intéresse la planète entière ?

Le business des faux comptes

Le besoin de followers chez certains les amène carrément à acheter des followers. Acheter de la popularité. Payer pour avoir le plus d’abonnés virtuels. Désolé mais pour moi ça dépasse l’entendement, je ne comprends pas 😀 Malheureusement pour eux, ils se font quelques fois avoir parce que certains malins créent et revendent des milliers de faux comptes Twitter.

the-appearance-of-social-media-min

Le marché des faux comptes Twitter – SocialSellingU

Même des politiques se sont faits avoir, c’est notamment le cas du compte de Mitt Romney qui avait acheté 100 000 faux followers. Selon le blog du NYT, il y aura plus de 20 millions de faux comptes Twitter et cette économie parallèle de Twitter pourrait rapporter entre 40 millions et 360 millions de dollars ! La vente des faux comptes se fait par paquet de plusieurs followers. Pour vous donner une estimation, selon Barracuda Labs, le prix moyen d’un lot de 1000 followers vaut à peu près 18$ en moyenne.

acheter-followers-twitter

Payer pour satisfaire son égo

Des utilisateurs ont fait de leurs followers un véritable business, un trésor de guerre. De vrais illusionnistes qui font miroiter aux égocentriques l’espoir d’une notoriété sur Twitter. C’est le cas par exemple de @FelixCorroenne qui vend sa popularité sur Twitter. Grâce à son nombre important de followers (vous avez dit faux comptes ?) récoltés par des moyens plus ou moins honnêtes, il fait de la pub à tout utilisateur faisait appel à ses services moyennant un paiement de quelques euros bien évidemment.

twitter-argent-oiseau

Les utilisateurs paient pour satisfaire leur égo. En faisant appel à ce genre de service, ces derniers sont assurés de gagner des followers et de voir leurs messages lus par davantage de personnes. Au vu du nombre de tweets promos qu’ils font pas jour, les illusionnistes comme @FelixCorroenne – pour ne citer que lui – se font pas mal de fric. Triste moyen de gagner de l’argent, même si chacun est libre de faire ce qu’il veut de sa vie.

Oui, les gens sont prêts à payer pour être populaire, avoir plus d’abonnés et être sûr qu’on lit ce qu’ils ont à dire. Sur Twitter, l’égo est décuplé, le besoin d’être vu et d’être lu devient obsessionnel chez certains et ce besoin finit par atteindre leur portefeuille. Peut-on encore tomber plus bas ? Pour revenir aux illusionnistes, il ne faut pas les fustiger, ce sont simplement des opportunismes qui ont très bien su exploiter le réseau social et qui ont très bien cerné l’égocentrisme des gens.

Le mot de la finTwitter a réussi l’exploit de créer une communauté plus égocentrique que celle de Facebook. Personne ne peut le nier, même moi qui suit uniquement des personnes dont les tweets m’intéressent. Heureusement, tout le monde n’est pas comme ça sur Twitter. C’est avant tout un lieu d’échange et de partage fantastique, j’ai découvert et appris plein de choses grâce à ce réseau social.

Malgré la mentalité égocentrique naissance, je continue et continuerai à utiliser Twitter mais à ma manière : comme un flux RSS, un partage de contenu entre individus absolument génial. Il faut simplement que j’apprenne à faire abstraction de cette partie de Twitter qui m’agace, mais ça risque d’être difficile. Mon compte Facebook en avait fait les frais à l’époque.

Partagez cet article !
A voir également sur le forum
Besoin d'aide ?

Malgré la lecture de l'article « Twitter ou la communauté des égocentriques », vous avez encore des questions qui vous trottent dans la tête ? Vous avez toujours les mêmes problèmes qu'au départ ? Vous êtes bloqués et vous ne savez plus quoi faire ?

Faites appel à la communauté du Crabe en posant votre question sur le forum !

Poser ma question sur le forum

10 commentaires
A lire avant de laisser un commentaire !

Depuis l'ouverture du forum d'aide, les commentaires ne sont plus destinés à recevoir des demandes d'aide. Ils sont désormais là pour recueillir vos remarques sur le contenu de l'article, suggérer des améliorations, donner votre avis sur l'efficacité des solutions proposées...

Bref, vous l'aurez compris, si vous avez besoin d'une assistance : posez votre question sur le forum d'aide ! 😉

  • Attention, si tout monde est d’accord avec la cause (l’être avec l’effet c’est enfoncé une porte ouverte), c’est une façon de générer de l’auto-satisfaction, donc un réflexe égocentrique.. Plus que sur le Net, qui met en lumière cette tendance, la société des années 20xx se dirige de plus en plus vers l’idée du consensus mou. La critique étant bannie, le bit est de chercher systématiquement un accord satisfaisant pour l’égo de chacun.
    Or, comme tout système, la société a besoin de son yin et de son yan, sinon, comme un moteur sans soupape, la société n’avancera plus. Le déclin nous rattrapera.
    🙂

  • Boloss ou populaire sur Tweeter, les jeunes ne se rendent pas compte qu’ils propagent des ragots comme le faisaient leurs grands-mères. Personnellement, j’ai supprimé mon compte. A la place, je lis la presse, écoute une radio culturelle et achète des livres.

    Ah ! Oui ! Et je m’entoure d’amis dont j’apprécie la discussion.

  • Super article ! Je suis archi d’accord ! Pour aller encore plus loin j’ai même envie de dire que Twitter et Facebook reflètent bien la mentalité de la société actuelle, basée à fond sur l’égocentrisme et sur le fait d’avoir le sentiment que « tout le monde est une star » (ou en tout cas une star potentielle). On peut faire le lien avec les télés réalités à la con : la semaine qui a suivi le « Nan mais allô quoi » de Nabilla, tout le monde l’a tweeté, facebooké, en le reprenant à sa sauce, avec l’objectif d’attirer l’attention sur soi (le principe du mimétisme).

    Comme tu dis, c’est une question d’égo. Les gens veulent des followers, pour se sentir important dans une société où on a tendance à tous se ressembler (ex : t’as pas de compte facebook / d’iphone / etc, t’es has been).

    Y’a aussi une nouvelle mode, c’est de mettre des hashtags dans les statuts facebook. J’en ai vu passer quelques uns dans ma timeline récemment, je trouve ça d’un ridicule à faire pleurer.

    « Il ne profite plus de l’instant présent, plus concentré à réfléchir au prochain tweet qu’il va lancé. L’image qu’il renvoie prend le pas sur tout le reste, sur l’essentiel. »

    Tu résumes tout. On est dans une société où il est plus important de paraître « cool », quitte à avoir une vie de merde, plutôt qu’à vraiment profiter des moments que l’on vit. Ton exemple sur le concert est hallucinant (et désespérant).

    Et pour revenir sur le commentaire de Flow, ci-dessus, c’est pas du tout la même chose. Entre faire connaître un site / blog qui partage de l’information de qualité, ou obtenir des followers ou des likes à un statut/tweet du genre « ce midi j’ai mangé une pomme », ça n’a rien à voir.

    Evidemment que le but d’un site commercial et/ou qui partage de l’info de valeur, c’est d’obtenir des followers. De la même manière que quand Radiohead sort un album, c’est pour qu’il soit écouté par les fans. Ou que quand Macdo sort un nouveau burger, il soit gouté par les aficionados. C’est pas une question d’égo à ce niveau là, c’est une question de partages d’idées, de connaissances, de créations, etc. Et dans cette optique là, justement, que Facebook, Twitter & co pourraient avoir de l’intérêt.

    Bref, sur un plan perso, je dois publier un truc par mois sur Facebook. Et sur un plan pro, j’ai tout automatisé : ma dernière connexion à Twitter doit remonter à plus de 6 mois. Ca rejoint ce que disait le Crabe : un désintérêt grandissant pour des réseaux égocentriques.

    A plus !

    • Salut Jeremy, merci pour ton commentaire (très) complet ! Content de savoir que des internautes pensant la même chose que moi 🙂

      J’ai oublié de le mentionner dans l’article et c’est bizarre que je n’y ai pas pensé lors de la rédaction. Le « Nan mais allô quoi » où on a vu toute sorte de personnes en quête de reconnaissance se jetaient dessus comme des morts de faim. C’était assez pathétique. Comme je ne regarde pas la TV, je ne comprenais pas au début pourquoi tout le monde se mettait à utiliser cette expression. C’est ma sœur qui m’a appris d’où ça venait 🙂

      Je connaissais pas les hastags sur Facebook, les gens qui les utilisent savent-ils que ça ne sert à rien et qu’ils se sont trompés de réseau social ?

      Et bien évidemment je te rejoins sur l’intervention de Flow. Je ne critique pas les réseaux sociaux mais uniquement l’utilisation qu’en font leurs utilisateurs. Il n’y a rien de malsain à promouvoir du contenu intéressant, au contraire 😉

      A plus ! 🙂

  • Le rapport avec les « ricains » Kaesitoo ??

    Sinon, article intéressant, même si le style condescendant et les nombreuses fautes d’orthographe nuisent un peu à l’essence même du message. Et puis venant de la part d’un blogueur, c’est je trouve assez hypocrite. Ton but ultime, en faisant ce site, est bien d’avoir le plus d’audimat possible. Et pour ça tu vas poster de la pub sur différents sites. Et voilà que tu dénigre ce comportement en public. Soit.

    • Salut Flow,

      Je ne critique pas les outils, je critique leur utilisation ! Les utiliser pour promouvoir un contenu sur lequel on a passé des heures pour aider des utilisateurs, je ne trouve pas ça « égocentrique » et « mal’. Tout le contraire du comportement que je met en avant et qui m’horripile : laisser des messages inutiles pour montrer qu’on existe, pour satisfaire son égo et sans créer de valeur ajouté au réseau.

  • Bonjour,
    j’ai découvert votre site via le site Alsacréations, et je l’aime beaucoup. J’ai bien aimé cet article ainsi que celui sur l’utilisateur moyen, car c’est tout à fait ce que je pense.

    J’ai comme vous du mal à voir l’utilité de Twitter, à part pour des entreprises, des célébrités car ça leur permet de tenir leurs fans au courant… Cyprien le dit d’ailleurs bien dans sa dernière vidéo, concernant les gens qui disent bonjour ou bonsoir, mais c’est valable pour d’autres commentaires…

    Bref, merci pour vos articles, j’ai mis votre site en favoris.

    Johan

    • Merci Johan pour ton commentaire 🙂

      C’est pas que je ne comprends pas l’utilité de Twitter, au contraire je trouve le principe très intéressant voire révolutionnaire. Ce que je ne comprends pas c’est la manière qu’ont les gens de l’utiliser… Parler de soi, ça va à l’encontre même du principe de Twitter qui est de s’intéresser aux autres.

  • Très bon article. Il faut savoir rester neutre sur la toile et ne pas se
    laisser emporter par ses sentiments. Le fer de lance de ces réseaux
    sociaux. J’arrive pas à comprendre l’intérêt de se dire « Ouais kikoo,
    j’ai 1000 fans, big love ». Qu’est ce que cela change dans notre
    quotidien IRL? Rien. D’ailleurs, Youtube, même combat… La nouvelle
    tendance des users lambda c’est: si vous aimez, devenez fan. Internet
    devient un concentré de déchets, et les ricains l’utilisent pour
    espionner et contrôler le monde. S’affranchir permet de mieux voir la
    réalité.

    • Je suis comme toi kalesitoo, je ne comprends pas le comportement assez égocentrique de ces internautes. Internet c’est avant tout un lieu d’échange et de partage, à l’opposé total de leur attitude.

      J’ai pas évoqué Youtube mais tu fais bien de le mentionner. On retrouve la même mentalité avec des gens qui ne postent des messages que pour promouvoir leur chaine et avoir un maximum de vues ou de likes. Pathétique.

      Espérons que le futur d’internet ne ressemblera pas à ça..