Comparatif : quel antivirus choisir pour Windows en 2019 ?

4/5
202 votes
65.5K vues

Crédits : Freepik sur www.flaticon.com (CC 3.0 BY)

Le Crabe

Le Crabe vous a aidé ? Aidez-le en retour en désactivant votre bloqueur de publicité ! 👍

(merci pour le coup de pince 😊)

Par Le Crabe

Le

Mis à jour le

Dossier : Comment protéger son PC des virus et des pirates ?

65.5K vues

60 commentaires

  • 05/10/18 : mise à jour du tableau comparatif des logiciels antivirus.

Quel est le meilleur antivirus gratuit ? Quel antivirus gratuit télécharger ? Antivirus gratuit ou payant ? Etc, etc. Beaucoup d’internautes se posent ces questions au moment de choisir le logiciel de sécurité indispensable pour son PC Windows : l’antivirus.

Le Crabe

Le Crabe vous a aidé ? Aidez-le en retour en désactivant votre bloqueur de publicité ! 👍

(merci pour le coup de pince 😊)

Dans ce nouvel article sur la sécurité des ordinateurs, je vous explique quel antivirus choisir pour votre PC Windows.

Avant de continuer : sachez que le choix de l’antivirus sera toujours critiqué par uns et les autres, certains autoproclamés « experts en sécurité ». Donc ne vous prenez pas la tête et ne remettez pas en cause votre choix si tonton André ou le petit Thibault vous donne son avis d’expert sur votre logiciel antivirus.

Dans cet article, je vous ferai part des logiciels antivirus à privilégier, en me basant sur les résultats d’organismes compétents dans le domaine, notamment AV-Comparatives et AV-TEST.

Quel est le rôle d’un antivirus ?

Cette question peut paraître stupide mais l’antivirus d’aujourd’hui n’est plus le même que celui que nous connaissions aux débuts de l’informatique. Comme son nom l’indique, un antivirus a pour objectif de détecter les virus et les neutraliser avant qu’ils ne pénètrent et contaminent le système.

Mais ça, c’était avant ! 😉

D’anti-virus à anti-malwares.

En effet, les antivirus ont été dans l’obligation d’évoluer, ne se contentant plus d’éradiquer les seuls virus. Il fallait s’adapter aux nouvelles menaces qui sont apparues les années suivantes : les vers, les exploits, les chevaux de Troie (trojans)… Toutes ces menaces font partie de ce que l’on appelle les logiciels malveillants ou malwares. Les malwares englobent les virus, les vers, les chevaux de Troie, ainsi que d’autres menaces.

Pour protéger les ordinateurs de ces nouvelles menaces, les logiciels antivirus ont évolué et font office à la fois d’anti-virus (si si, je vous jure) et d’anti-spywares, d’anti-rootkits, d’anti-trojans… On les appelle désormais anti-malwares, bien que beaucoup d’entre eux gardent leur appellation d’origine « anti-virus », plus commerciale.

Toujours plus loin dans la protection.

Certains antivirus sont également dotés :

  • D’un agent web qui analyse en temps réel les données transférées lorsque vous surfez sur le Web : l’agent bloque l’accès aux sites web présents dans la liste noire (blacklist) de l’éditeur du logiciel et bloque le téléchargement et l’exécution de scripts malveillants.
  • D’un agent mail qui bloque les spams et les e-mails de phishing.
  • D’un pare-feu ;
  • D’une sandbox (bac à sable) qui permet d’exécuter un logiciel dans une environnement sécurisé sans risque de le voir infecter le système.
  • D’un outil de mise à jour automatique des logiciels.
  • D’un VPN qui chiffre la connexion Internet.
  • D’un gestionnaire de mots de passe sécurisé.

L’agrégation de tous ces modules forment ce que l’on appelle une suite de sécurité Internet (par exemple : Avast Internet Security).

Aucun antivirus n’est parfait.

Nos antivirus sont-ils pour autant des champions invincibles qui ne laissent rien passer ? Malheureusement non ! Les virus et autres malwares mutent, évoluent en permanence et ont toujours un temps d’avance. Ce sont toujours aux antivirus de s’adapter aux nouvelles techniques d’infection.

Aucun antivirus n’est imperméable ! Il n’y a donc pas de « meilleur antivirus », le Saint Graal tant recherché par beaucoup d’internautes. Il faut bien l’assimiler. Chaque antivirus a ses forces et ses faiblesses, ils sont tous plus ou moins efficaces dans la détection de malwares, la capacité à les neutraliser, à bloquer les sites web de phishing, à avoir un impact mesuré voire sur les performances du système…

Il n’existe pas un antivirus qui surpasse tous les autres malgré les dires de certains fanboys qui pullulent sur internet (des fanboys d’antivirus je vous assure, c’est possible !).

Attention aux comparatifs antivirus !

Ne vous fiez pas aux comparatifs antivirus que l’on trouve un peu partout sur Internet ! Les éditeurs des sites web qui les proposent sont souvent rémunérés par les éditeurs des logiciels antivirus pour placer leur poulain en bonne position dans le classement final ; quand ce n’est pas le montant de la commission qui pousse l’éditeur du site web a placé un antivirus plutôt qu’un autre en haut du tableau.

Fiez-vous plutôt à des professionnels indépendants qui testent les logiciels anti-virus avec déontologie comme AV-Comparatives, AV-TEST ou Anti-Malware Test Lab.

Quel logiciel anti-virus choisir alors ?

A partir des rapports publiés par les laboratoires indépendants qui testent les logiciels antivirus pour Windows, voici les antivirus que je vous conseille :

Logiciel antivirus Prix Awards Note*
1 34,99 €
2 39,97 €
3 47,99 €
4 49,99 €
5 Gratuit

* Rapport qualité-fonctionnalités-prix. ^

Antivirus gratuit ou payant ?

Tout dépend des environnements dans lesquels vous souhaitez être protégé.

Par exemple, Avast Free Antivirus ne propose pas de sandbox ou de protection contre les e-mails indésirables, contrairement à ses homologues payants ; aussi, et c’est plus gênant, il ne propose pas de pare-feu qui est pourtant un élément de protection indispensable (voir le chapitre suivant). Malgré tout, le niveau de protection qu’il offre face aux malwares est identique aux antivirus payants.

Autrement dit, Avast Free Antivirus est suffisant à condition que vous installiez en parallèle un véritable logiciel pare-feu comme ZoneAlarm Firewall. Les antivirus payants ont l’avantage de combiner les deux, ce qui est plus pratique au quotidien. 🙂

Quelque soit l’antivirus que vous choisissez parmi la liste ci-dessus, votre système bénéficiera d’une protection renforcée contre toutes les formes de malware provenant du Web. 🙂

Le mot de la fin

Voilà, j’espère que vous y voyez désormais plus clair et que cet article vous aura permis de choisir un anti-virus efficace. 🙂

Aussi, retenez cette seule règle concernant les logiciels de sécurité : un antivirus, un pare-feu et c’est tout ! Ne multipliez pas les logiciels de protection, ils peuvent entrer en conflits et ralentir considérablement votre système, sans apporter aucun bénéfice en terme de sécurité.

D’ailleurs, en parlant du pare-feu, si vous souhaitez un guide pour savoir quel pare-feu choisir pour Windows : Comparatif : quel pare-feu (firewall) choisir pour Windows ?

Table des matières Dossier : Comment protéger son PC des virus et des pirates ?
  1. Comment protéger son PC des virus et des pirates ?
  2. Protéger son PC contre les virus et le piratage, sans antivirus
  3. Protéger son PC des attaques de type « drive-by download »
  4. Mettre à jour automatiquement ses logiciels sur Windows
  5. Windows Update : configurer les mises à jour sur Windows 10, 8.1 et 7
  6. Bloquer les sites web malveillants grâce au fichier hosts
  7. Supprimer les malwares de son PC avec Malwarebytes
  8. Comparatif : quel antivirus choisir pour Windows en 2019 ?
  9. Comparatif : quel pare-feu (firewall) choisir pour Windows en 2019 ?
Partagez cet article !
A voir également sur le forum
Besoin d'aide ?

Malgré la lecture de l'article « Comparatif : quel antivirus choisir pour Windows en 2019 ? », vous avez encore des questions qui vous trottent dans la tête ? Vous avez toujours les mêmes problèmes qu'au départ ? Vous êtes bloqués et vous ne savez plus quoi faire ?

Faites appel à la communauté du Crabe en posant votre question sur le forum !

Poser ma question  

60 commentaires
Répondre à BrandonAnnuler

Page 4 sur 4

  • Bien que je soi pas un fan de l’antivirus de Windows 10, Windows Defender. Il n’a pas été mentionné ? Et pourtant, selon AV-Comparatives et AV-Test, depuis début 2018, Windows Defender compétitionne avec les meilleurs payants.

    Évidemment, comme Windows 10 est axé sur la collecte des données. Il devient plausible que Microsoft déploie autant d’efforts, pour que Windows Defender soit utilisé par un maximum d’utilisateur. Quoi de mieux qu’un antivirus qui a accès à l’ensemble des fichiers sur un ordinateur, pour collecter des info.

    Si Microsoft tenait réellement à sécuriser Windows 10. Il aurait commencé, ou n’aurait pas négligé d’ajouter au parefeu de Windows, un module qui intercepte les processus qui cherchent à accéder à internet, pour après validation, leur créer des règles automatiquement.

    Parce que tout ce qui transit via le trafic sortant est autorisé (par défaut) avec le parefeu de Windows. Sinon peu d’utilisateur aurait accès à internet en ouvrant leurs ordinateurs. Alors, aussitôt qu’un spyware, trojan-donwloader, .., réussit à s’installer, il a un accès sans restriction à internet.

    Quoi qu’il en soit.

    Les avancés de Windows Defender en protection, peuvent avoir des avantages. Puisque depuis, les éditeurs d’antivirus gratuits sont obligés de mettre la barre plus haute.

    Si auparavant gratuits et payants se partageaient les boucliers : des fichiers, courriel et Web. Et que les payants se réservaient les protections contre les vulnérabilités zero-day : anti-exploit, IDS(ou sandbox) et anti-ransomware.

    Depuis cette année. À part AVG Free (et AVAST Free) qui incluaient déjà un anti-exploit. Kaspersky Free vient d’ajouter un anti-exploit. À cela on peut ajouter que les pubs tendent à se raréfiées, si ce n’est de disparaitre avec les antivirus gratuits. C’est du moins le cas avec AVG et Kaspersky Free, qui n’affichent plus aucune pub.

    Après tout les gratuits avec leurs modules Cloud qui participe à la remonter de fichiers suspects, jouent un rôle important au développement des payants !

    P.S. : si les antivirus payants viennent avec un kit de boucliers et modules complet ! Un antivirus gratuit peut faire l’affaire, à condition d’en connaitre les limites.

    Aussi : le rôle le de l’utilisateur en sécurité.

    Les infections viennent toujours des mêmes endroits : les téléchargements, courriels, supports USB et la navigation. Et à part avec la navigation où l’utilisateur n’a aucun contrôle « direct », l’utilisateur de par ses décisions / actions devrait être en mesure de contrôler la majorité des vecteurs d’infections.

    Les téléchargements sont pour beaucoup :

    – Rien que les logiciels gratuits avec leur PUPs, adware & toolbar, représentent plus de 50% de tous les sujets de désinfections. les Faux plugins FlashPlayer, lecteur & codec vidéo .., sur les sites «à fuir» qui les obligent pour accéder à leurs services.

    – les sites de Warez et les P2P avec leurs téléchargements de logiciels crackés ≈ botnet, trojan, spyware, etc.

    – les sites de téléchargements de films/séries, dont le parcourt est jonché de pubs à risques et de mineurs de BitCoin.

    – les réseaux sociaux(facebook ..), jeux en streaming avec leurs appli./objets venant de contacts inconnus = phishing.

    – les Faux blogs de sécurité, prétexte pour placer le téléchargement d’UN fix fake(SpyHunter, Reimage). « Y en a tellement. »

    ..

    Les courriels d’origines inconnus avec leurs pièces-jointe ≈ ransomware & connus-Fake avec leurs liens Web = phishing. « Aucun antivirus n’est mieux placé que l’utilisateur, pour évaluer les courriels ! »

    Et les supports USB inconnus. Auxquels on doit accéder par un clic-droit → Ouvrir (au lieu du double-clic). Et si un USB contient un fichier autorun.inf, accompagné d’un .VBS ou .VBE. ⇐ Supprimer ces fichiers. Resterait à supprimer les raccourcis==infection. ⇐Ne jamais cliquer sur eux. Et ré-afficher les fichiers/dossiers cachés, dans les Options des Dossiers et les Propriétés de chacun.

    Bref.  Toutes des choses qu’un utilisateur devrait maitriser.

    Alors, dans la majorité des cas, quand l’antivirus a à intervenir (s’il le peut), c’est que l’utilisateur a commis une erreur.

    Et après reste la navigation. Le seul endroit où l’incertitude a sa place en sécurité. Alors que même des sites safe peuvent être piratés. L’utilisateur doit donc ne pas manquer d’utiliser toutes les mesures de sécurité disponibles.

    Pour protéger la navigation des URL/sites à risques, il y a :

    – le fichier Hosts, à mettre à jour 4-5 fois / an,
    – le bouclier Web de l’antivirus,
    – les navigateurs. Leurs m-à-j servent souvent à colmater des failles.
    – les extensions de sécurité ; uBlock / AdGuard, NoScript etc.

    Sans négliger l’ajout d’un anti-Exploit ; EMET ou mb-ae free. « Inclus avec les antivirus payants (et qq gratuits). »

    Et tenir à jours les plugins d’Adobes & Java.

    Évidemment, on doit ajouter d’éviter les sites à risque.

  • pourquoi malware antimalware considere iobit driver booster comme un PUP